Comment le pays de Macky Sall s’est préparé à la propagation du Coronavirus ?

Tandis que la deuxième vague de l’expansion de la pandémie du Coronavirus commence à prendre de l’ampleur au début de 2021, le pays dirigé par Macky Sall a tenu à intensifier les différentes mesures pour faire face à l’augmentation prévue du nombre de personnes contaminées qui nécessitent des soins intensifs. Selon l’expert en maladies tropicales et infectieuses et membre du groupe de travail luttant contre la pandémie au Sénégal, Professeur Daye Ka, les différentes mesures mises en place pour éviter que les établissements sanitaires ne soient pas envahis par l’augmentation drastique les malades nécessitant des soins intensifs.

Les mesures mises en place pour gérer l’expansion de la maladie dans le pays

Selon le journal de l’Afrique, l’ensemble du pays a été affecté par l’expansion de la deuxième vague, durant le mois de février dernier, tandis que plus de 300 cas étaient signalés chaque jour. Suite à cette propagation de la pandémie, le pays était confronté à une pénurie de lits dans les hôpitaux, essentiellement des lits de réanimation.
D’après les derniers chiffres, avec plus de 76 lits de réanimation, et près de 311 lits alimentés en oxygène, le taux d’occupation était de 73 %. Afin d’éviter d’arriver à saturation, le gouvernement sénégalais a décidé de rajouter une vingtaine de lits essentiellement dans la capitale sénégalaise. En outre, l’approvisionnement en oxygène médical en termes de quantité et de qualité était aussi surchargé. Par ailleurs, les autorités ont mis en place plusieurs sites temporaires dans les différents centres de traitement du Coronavirus dans plusieurs régions, tout en veillant à approvisionner ces centres en oxygène afin d’éviter les pénuries.

Limiter le nombre de décès au Sénégal

Ce qui est intéressant est que l’accroissement du nombre de cas s’est accompagné par l’accroissement de la moralité essentiellement chez les malades plus âgés qui souffrent d’affections sous-jacentes comme les maladies respiratoires chroniques, l’asthme, l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Afin d’apporter de l’amélioration les différents traitements, tout en réduisant le nombre de décès, le gouvernement a aussi fait appel à l’expertise de plusieurs hauts responsable en soins intensifs essentiellement des experts en soins aux patients âgés, des obstétriciens, des gynécologues, des néphrologues, des médecins du diabètes ainsi que des experts en cardiologie et en maladies respiratoires.
Le gouvernement a aussi veillé à développer tout un protocole de traitement qui détermine quels malades devaient être hospitalisés et lesquels peuvent profiter d’un soin à domicile.

Découvre les différentes mesures mises en place au Sénégal pour lutter contre le Covid-19 et visite le journal de l’Afrique.