Congo-Brazzaville : accord avec son voisin sur la régulation des différentes fréquences

Ayant les deux capitales qui ne sont séparées que par le célèbre fleuve Congo, très proches Kinshasa et Brazzaville, les deux voisins ont décidé de partager le même spectre des fréquences de télécommunication et de radiodiffusion. Certes, cette situation a pu donner lieu à des malentendus entre les deux Congo, toutefois pour éviter cette situation les différentes agences de régulation des deux capitales viennent de mettre en place un accord, afin d’assurer la gestion concertée de ces fréquences.

Le partage des fréquences entre les deux Congo

Selon les experts des fréquences de radiodiffusion, plusieurs phénomènes sont très souvent observés dans la capitale congolaise Brazzaville, comme à chaque fois qu’on se rapproche du fleuve Congo, un réseau de télécommunication qui se perd au profit d’un autre ainsi qu’une radio locale qui grésille à cause d’une interférence.
Afin d’éviter ces problèmes, les deux pays voisins ont décidé de mettre en place un accord de gestion concertée et de coordination des fréquences au niveau des frontières. Selon cet accord, la capitale Kinshasa s’est engagée à redonner les différentes fréquences qu’elle utilisait, toutefois qui ne lui revenaient pas.

L’importance de l’accord bilatéral

Selon le directeur des relations internationales à l’Autorité de régulations des postes et télécommunications de Kinshasa, Joseph Yuma Utchedi, cet accord vient renforcer encore plus les relations bilatérales entre des deux pays.
Monsieur Yuma Utchedi affirme que cet accord est quelque chose de très important puisque si les deux pays ne se mettent pas d’accord dans ce secteur, ce sont les auditeurs et les utilisateurs qui en souffriront en subissant les différents problèmes tels que le système roaming. Ces problèmes doivent être résolus grâce à la coordination des différentes fréquences comme l’ont fait Brazzaville et Kinshasa. Grâce à cet accord, plusieurs améliorations vont être apportées de part et d’autre permettant ainsi de perfectionner le niveau d’utilisation des fréquences entre les deux pays.
Suite à cet accord, les opérateurs des deux pays ont été invités à bien paramétrer leurs équipements utilisés. En outre, une feuille de route des différentes actions qui devront être menées entre 2021 et 2022 a été mise en place.

Découvrez les actualités africaines en consultant le journal de l’Afrique.