Congo-Brazzaville : le gouvernement rassure les sociétés impactées par la propagation de la pandémie du Coronavirus

Après plus de 2 mois de la mise en place des mesures de confinement total dû à la propagation du Covid-19, les sociétés congolaises sont en train de vivre des jours difficiles. Toutefois, ces entreprises peuvent compter sur le gouvernement qui compte offrir aux banques une garantie qui porte sur 25 milliards de francs CFA de prêts pour les sociétés, et ce, malgré que la marge de manœuvre de Brazzaville est assez réduite à cause de la crise budgétaire causée par l’expansion de la maladie du Covid-19. Il est important de mentionner que le gouvernement congolais est conscient que le soutien des sociétés dans le pays est primordial, puisqu’il constitue l’un des principaux créateurs des offres d’emploi au Congo-Brazzaville, réduisant ainsi le taux de chômage et participant activement à l’éradication de la pauvreté dans le pays.

Conséquence économique du Covid-19 dans le pays

Selon les derniers chiffres révélés, il est évident que l’économie congolaise qui a été déjà impactée par la baisse drastique des cours du pétrole, a pris un coup de plus avec la propagation de la maladie virale du Coronavirus. En outre, avec la mise en place des mesures sanitaires, le secteur informel est resté en confinement durant plusieurs semaines.

D’après l’analyste Alphonse Ndongo, faute d’impôt, les recettes du gouvernement ont pris un coup, en affirmant que la vie économique de l’Etat congolais repose essentiellement sur l’activité du secteur informel. Par conséquent, quand ce secteur est touché, le gouvernement a pu constater un grand manque à gagner par l’intermédiaire des différents démembrements administratifs, car ce secteur paie les taxes de la mairie, la sécurité sociale et les impôts. C’est pour cette raison que ce manque a eu des conséquences graves sur les recettes de l’Etat.

Les sociétés congolaises

Avec la propagation de la pandémie et la mise en place des mesures sanitaires, les grandes sociétés congolaises ont été durement affectées. Afin de refaire leur santé économique, les offres d’emploi au Congo-Brazzaville se sont retrouvées dans l’obligation d’emprunter auprès des banques. Dans ce contexte, le directeur national de la banque des Etats de l’Afrique centrale, Michel Dzombala, a tenu à rassurer l’opinion nationale en affirmant que heureusement il n’y a pas de problème de liquidités au niveau des banques dans le continent africain. En effet, les banques se portent bien, et ce, malgré la crise sanitaire.