Congo-Brazzaville : le Parlement congolais se dote d’un cadre juridique dans les secteurs du terrorisme et du tourisme

Le 10 avril dernier, durant la 11e session ordinaire, les députés ont pu adopter la loi réglementant le régime juridique du gel des actifs ou avoirs liés au terrorisme et à son financement, ainsi que celle portant sur le secteur du tourisme.
Il est important de signaler que les gouvernements des deux Congo veillent à lutter contre le terrorisme tout en œuvrant à encourager le tourisme de leur pays grâce à la mise en place de plusieurs réformes.

L’importance du secteur du tourisme

Le tourisme au Congo-Brazzaville qui est classé parmi les axes prioritaires du programme gouvernemental dicté par le Plan national de développement 2018-2022 mis en place par le président Denis Sassou Nguesso, est l’un des secteurs d’activité qui pourrait participer à la diversification de l’économie congolaise.

Conscient de cette réalité économique, le gouvernement assure qu’un accent particulier devra être mis sur le développement du domaine du tourisme, et ce, pour que son activité permette de participer à l’amélioration du PIB, servant ainsi réellement à diversifier le tissu économique du pays.

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire d’apporter de la modernisation à l’offre touristique du Congo-Brazzaville et ainsi pouvoir mieux commercialiser ce secteur. Arlette Souan-Nonault, la ministre du Tourisme et de l’Environnement, qui a tenu à défendre le projet de loi portant sur le tourisme devant la chambre basse du Parlement, a affirmé l’importance de doter ce domaine de tous les outils juridiques adaptés aux nouvelles exigences et efficaces.

La loi adoptée pour le secteur du tourisme

Selon la ministre de l’Environnement et du Tourisme, la loi adoptée édicte les différents normes qui peuvent être appliqués aux usagers de ce secteur ainsi qu’aux professionnels du tourisme, afin de pouvoir garantir une parfaite maîtrise des composantes de l’offre touristique par un système de contrôle et de classement des établissements de tourisme, gage de sa modernisation et de sa compétitivité.
Elle permet aussi de garantir un meilleur accès des touristes aux différentes prestations tout en leur assurant une réelle protection.

Les autorités congolaises justifient sa démarche de loi portant sur le terrorisme, par le fait que le financement du terrorisme et ce dernier font partie des atteintes graves de l’ordre public qui menacent la sécurité publique et la paix au Congo-Brazzaville. Il est important de mentionner que le Congo qui est membre de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, a reconnu formellement les conseils du Groupe d’action financière comme étant des références en termes de lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux.