Congo-Cameroun : les deux pays discutent afin de relancer l’exploitation du fer

Suite à l’abandon de l’entreprise australienne du projet d’exploitation des gisements de fer qui se trouve dans les deux pays, les présidents des deux Congo et du Cameroun œuvrent afin de trouver de nouveaux investisseurs. Selon le journal de l’Afrique, dans le cadre de ce projet, le président camerounais Paul Biya, a tenu à recevoir le 31 mai dernier, le ministre des Industries minières, Pierre Oba, qui a été envoyé spécialement par le chef de l’Etat de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso.

L’entrevue entre le président du Cameroun et le ministre Congolais

La rencontre a porté sur l’urgence pour les deux chefs de l’Etat afin de trouver un remplaçant de la firme australienne qui exploitait les gisements de fer, Sundance Ressources.
Selon le résidant, qui est dans une incapacité financière, cette entreprise a brutalement rompu le contrat qui a été mis en place le 29 novembre 2012 dans lequel, l’entreprise australienne avait embarqué les deux pays.
Il est essentiel de mentionner qu’après 9 ans plus tard, les différentes filiales congolaise et camerounaise de cette entreprise à savoir Congo Iron, Cameroon Iron, ont toujours affiché un bilan quasi vierge à leur actif dans l’exploitation du fer, alors que les deux pays de la zone Cemac avaient un espoir incommensurable sur cette exploitation.
Pour le Congo et le Cameroun qui se positionnent en tant que partenaire dans ce projet, plusieurs débats seraient en cours. Néanmoins, les nouveaux investisseurs sont tenus d’avancer des preuves solides de leurs sources financières afin d’assurer la relance du projet.

Les chinois sont intéressés par l’exploitation du fer dans la région

Selon cette logique, les chinois, à travers Eximbank of China, sont sur le point de pouvoir s’engager dans ce projet avec le Congo et le Cameroun. En effet, deux firmes de l’Empire du milieu, ont affirmé leurs ambitions pour le double projet de Nabeba et Mbalam afin d’exploiter leurs gisements de fer. Toutefois l’identité des deux entreprises chinoises reste encore confidentielle en attendant de signer officiellement leur partenariat avec les deux pays.
L’ampleur de la détermination et l’intérêt des deux pays afin de relancer l’exploitation de fer en dit long sur les potentialités de ces gisements. En outre, les deux pays connaissent la valeur pure du fer comme étant un plus pour la croissance de leur économie nationale.
Afin de s’informer encore plus sur ce sujet, vous pouvez consulter le site web du journal.