Coronavirus : plusieurs tests de diagnostic rapide sont disponibles pour les sénégalais afin de contenir la 3e vague de la pandémie

D’après les dernières actualités révélées par les médias africains dont le journal de l’Afrique, l’Institut Pasteur de Dakar a pu produire un million de kits de dépistage de maladie virale, le Covid-19, face à l’engorgement des laboratoires sénégalais. En effet, plus de 50 000 tests rapides ont été déjà livrés au ministère de la Santé au Sénégal.

Les tests de diagnostic rapide disponibles pour les sénégalais

Portant son masque sur la bouche, la jeune sénégalaise arrive au centre de santé se trouvant au sein du quartier de Yoff, Philippe-Maguilen-Senghor, avec des maux de tête, un état de fatigue et une perte de l’odorat. Le 22 juillet dernier, la jeune femme a pu effectuer un test PCR après avoir observé plusieurs symptômes suspects.
Après 15 jours, elle revient au laboratoire d’analyses en se plaignant qu’elle n’a pas encore reçu le résultat de son test. Selon une infirmière chargée des prélèvements nasaux, Sophie Guèye, les centres et les laboratoires de santé au Sénégal sont débordés, c’est pour cette raison qu’il vaut mieux attendre et de s’isoler afin d’éviter qu’il contamine d’autres personnes.
Depuis le début de la troisième vague dans le pays, les délais pour avoir les différents résultats des tests se sont allongés. Il est important de rappeler que le nombre de cas entre juin et juillet a augmenté en se multipliant par neuf. En outre, selon les différents chiffres révélés par le ministère de la Santé au pays, le nombre de décès est en hausse enregistrant une augmentation de 68 % entre le 23 juillet et le 6 août dernier.

Les mesures mises en place par le gouvernement

Suite à ces chiffres, l’inquiétude n’arrête pas de croître parmi les citoyens qui n’arrêtent pas de se demander s’ils sont positifs ou pas. Selon le médecin chef du district de la capitale sénégalaise, la peur est aussi là puisque tous les citoyens sénégalais savent très bien que les hôpitaux ont commencé à être saturés.

Devant le centre de santé du quartier de Yoff, une bâche a été installée afin d’accueillir une queue de 300 personnes tous les matins afin de se faire tester alors qu’il y avait une dizaine de personnes quelques semaines plus tôt. Ce nouvel endroit de dépistage aurait coûté plusieurs milliers de CFA selon le convertisseur CFA.