Covid-19 : quel ramadan cette année ?

Cette année, pas de rassemblements pendant le mois de ramadan 2021. Ce mois sacré, synonyme de période de générosité et de partage, s’annonce ainsi morose pour les centaines de milliers de musulmans d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie.
C’est une situation inédite. Les retrouvailles familiales déconseillées, les prières collectives annulées, et les mosquées sont fermées en vue de respecter les règles sanitaires imposées par le nouveau coronavirus. Les fidèles vont ainsi devoir vivre ce mois sacré sans rassemblements à la tombée de la nuit. L’idée a semblé quasi-impossible à certains.
Malgré ces nouvelles dispositions de sécurité, certains États tentent d’assouplir leurs règles afin de concilier la lutte contre la pandémie de covid-19 avec le rite religieux.

Au Maroc, si le confinement général a fini par être adopté comme disposition de protection la plus sûre contre l’expansion du virus, son respect par une population complètement dépendante de l’économie informelle (ou encore l’activité économique réalisée par le secteur non structuré ou le secteur informel) n’est pas chose facile. Les mêmes scènes se reproduisent en Tunisie, en Algérie et au Maghreb.
En Tunisie, de nouveaux barrages policiers ont fleuri sur les grands axes routiers. Des forces de sécurité patrouillent, dans la journée, dans les rues afin de scander ces mots d’ordre : ‘Rentrez chez vous’. D’ailleurs, en Algérie, le gouvernement ne badine pas avec le respect des règles. Selon le Ministère public, plus de 10 000 personnes étaient poursuivies par la justice pour avoir violé l’état d’urgence sanitaire, dont plus de 960 avaient été placées en détention. Celles-ci risquent jusqu’à quatre mois de prison. De très lourdes amendes sont également prévues. C’est au Maroc que les sanctions (ou encore les peines) sont les plus dures. Après l’interpellation des dizaines de milliers de personnes pour violation du couvre-feu nocturne et l’arrestation d’environ 950 d’autres pour violation du confinement total, le gouvernement veut aller encore plus loin…

Coronavirus et ramadan : les conseils de l’Organisation Mondiale de la santé

Tandis que la date du ramadan 2021 sera connue dans la soirée du lundi 12 avril, l’OMS a émis des recommandations pour que les 2. 6 milliards de fidèles dans le monde puissent vivre ce mois béni dans les meilleures conditions possibles.
En effet, le but principal de cette palette de conseils est de concilier la sécurité des musulmans et les pratiques du mois béni de ramadan lors de la pandémie mondiale de coronavirus. Il s’agit essentiellement de concilier les consignes sanitaires aux mesures de confinement. Le président de l’Organisation Mondiale de la Santé, le docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, appelle les musulmans à limiter leurs célébrations religieuses en vue de limiter l’expansion du virus. L’organisation rappelle que le contact étroit entre les personnes peut faciliter la transmission du virus. Donc, chacun doit laisser au moins deux mètres de distance avec son voisin. Un geste d’éloignement recommandé par tous les gouvernements afin d’endiguer la propagation du coronavirus.