Green Congo-Brazzaville : les dossiers portant sur l’environnement du pays

Formant l’élément clé du soft power diplomatique des deux Congo, le Bassin du Congo constitue l’un des paris écologiques de la COP26. Cette dernière, prévue en Écosse durant le mois de novembre prochain, aura pour objectif la préservation de l’écosystème unique au monde, tout en faisant prendre conscience de l’enjeu crucial qui s’y joue.

Importance du secteur du tourisme au Congo

Depuis 2016, le gouvernement congolais a pensé de se tourner plus vers le secteur du Tourisme comme étant l’un des importants pouvant intervenir afin de diversifier l’économie du pays. En effet, selon le plan national du développement de 2016 à 2022, mis en place par le chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, le tourisme constitue une priorité pour le gouvernement et il aura le budget adéquat permettant à ce secteur de s’améliorer afin de pouvoir répondre aux impératifs de diversification économique nécessaire pour redresser le pays.

Ainsi, la ministre du Tourisme est désormais titulaire d’un portefeuille qui est devenu bien plus stratégique aux yeux de la présidence, et ce, depuis que les autorités ont eu l’idée de lui rattacher le portefeuille de l’Environnement. En effet, c’était au cours du remaniement du mois d’août 2017, après seulement six mois du lancement du Fonds bleu pour le bassin du Congo. Il est important de mentionner que le président congolais Denis Sassou Nguesso, s’est fortement investi au sein de ce fonds international de développement.
Ainsi, un plan directeur de développement et une stratégie nationale ont été définis en 2016 avec le Pnud. Dans ce sens, la ministre fait adopter 4 lois permettant d’organiser et de réguler le secteur touristique.
Grâce à ces multiples efforts, le Congo-Brazzaville n’a pas cessé de gagner en visibilité.

Le Bassin du Congo

Plusieurs bureaux d’information et des organismes de promotion ont pu voir le jour à travers le pays, durant que la page d’accueil du ministère s’est bien transformée en un portail touristique afin de publier l’offre locale auprès des quatre coins du monde.

Le Congo qui est titulaire d’un poste au sein du secrétariat général de l’OMT, où il représente plusieurs pays de la région, affiche actuellement plusieurs ambitions en matière touristique, toutefois, le pays n’a pas toujours les moyens qu’il faut.