Islam Pakistan : le religieux Jamiat Ulema-e-Islam Fazl et deux autres ont été tués lors d’une attaque au pays

Un éminent religieux pakistanais local qui fait parti de Jamiat Ulema-e-Islam Fazl de Maulana Fazlur Rehman a été abattu avec son fils et un étudiant du séminaire par des inconnus à la périphérie de la capitale Islamabad, a annoncé dimanche la police.

Attaque à Islamabad

L’incident a eu lieu samedi soir dans la région de Bhara Kahu lorsque le mufti Ikramur Rehman, l’un des représentants qui veille au respect des règles de l’islam au Pakistan, se dirigeait vers sa voiture et il a été attaqué. Son fils Samiullah, 13 ans, et l’étudiant ont également été tués.
Au moins trois hommes armés ont tiré sur eux et se sont enfuis après l’attaque, a déclaré le policier local Shahzad Khan aux médias, ajoutant que les victimes avaient succombé à de multiples blessures par balle dans un hôpital.

Jusqu’à présent, personne n’a assumé la responsabilité de l’attaque qui semble être un meurtre ciblé.

Le religieux est-il visé par cette attaque ?

Le religieux local était politiquement actif, puisqu’il fait parti de Jamiat Ulema-e-Islam Fazal (JUI-F) dont le chef Fazlur Rehman dirige l’Alliance démocratique pakistanaise, l’alliance anti-gouvernementale de l’opposition qui demande la démission du Premier ministre Imran Khan.
Rehman a condamné le meurtre et a exigé l’arrestation immédiate des coupables. Il a dit que l’assassinat du religieux montrait ” l’échec complet du gouvernement à maintenir la loi et l’ordre dans le pays ? “.

Manifestation contre la violence dans la ville

Les partisans du JUI-F ont organisé une manifestation contre le meurtre du religieux et bloqué dimanche la route Murree (autoroute N-75), après la prière de l’après-midi, selon l’horaire de prière au Pakistan. Cependant, ils se sont dispersés après des négociations avec l’administration de la ville, a déclaré le commissaire adjoint d’Islamabad, Muhammad Hamza Shafqaat.
“Murree Road a été rouverte à la circulation après des discussions avec l’administration et la police”, a écrit Shafqaat sur Twitter.
Le Pakistan a connu une recrudescence de la violence ces dernières semaines. Bien que la présence organisée des rebelles ait été détruite, leurs restes sont toujours actifs pour inciter à la violence, a déclaré l’armée pakistanaise dans un communiqué.