Islam : un conseil pour ‘labelliser’ les imams sera créé en France

L’Hexagone devrait se doter d’un conseil national des imams (personne dirigeant la prière en commun) qui devra labelliser les chefs religieux exerçant sur le territoire français.
Reçus ce jeudi 19 novembre par Emmanuel Macron, les dirigeants du CFCM, Mouhamed Moussaoui en tête, rédigeront une charte des valeurs républicaines, dans les vingt jours. Selon les informations, ces derniers ont présenté les grandes lignes. En outre, le chef de l’Etat leur a donc demandé de rédiger d’ici à deux semaines une charte des valeurs républicaines, en lien avec le ministère de l’intérieur – chargé traditionnellement des libertés publiques, de l’administration du territoire et de la sécurité intérieure -, sur laquelle devront s’engager le Conseil Français du Culte Musulman et les sept fédérations le composant.
La charte devra ainsi stipuler la fin de l’affiliation ou de l’ingérence à des États étrangers, préciser que l’Islam est une religion, et affirmer la reconnaissance des valeurs de la République. Le CFCM pourra non uniquement labelliser les chefs religieux et leur donner une carte officielle, mais également leur retirer, en cas de manquement à un code d’éthique et à la charte, l’agrément. Le chef de l’Etat a ainsi donné à l’institution cinq mois afin de mettre en œuvre un référentiel de formation des chefs religieux.

     Un islam des Lumières

Depuis son discours contre l’islam radical et le séparatisme début novembre, Macron a accentué sa pression sur les institutions dirigeantes de l’Islam afin de lutter contre l’islam politique, la radicalisation et l’influence étrangère. Son but principal est de mettre fin à la présence des 450 imams étrangers ‘détachés’ par l’Algérie, le Maroc et la Turquie.
Depuis la rentrée, c’est la cinquième fois que le chef de l’Etat reçoit les dirigeants du Conseil Français du Culte Musulman à l’Elysée. Lundi, au côté de Darmanin Gérald, le ministre de l’intérieur, il recevait le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz, et le président du CFCM, Moussaoui Mohamed, mais aussi les représentants des sept fédérations composant le Conseil Français du Culte Musulman. Celles-ci ont rappelé leur attachement à l’Hexagone et estimé que c’était le moment historique afin de parvenir à cet objectif.
L’adhésion du conseil à cette nouvelle institution du culte musulman marquerait ainsi une victoire pour Macron, cible des critiques violentes de fidèles pour son discours contre l’islam radical.
Un musulman, selon le saint Coran, c’est celui qui a fait la paix avec l’homme et Dieu. Il est important de rappeler que l’islam est contre le radicalisme. “Contre la menace commune, il faut réconcilier la République et l’islam. Contre la guerre des armes, il faut mener les batailles des idées”, a ajouté le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
La religion musulmane est tout entière édifiée sur un livre sacré, le noble Coran (livre sacré de l’islam et des musulmans), livre qui revêt pour elle une extrême importance.