Le Sénégal compte miser sur la transparence et la gouvernance afin de lutter contre la pêche non réglementée

Les autorités sénégalaises sont déterminées à combattre la Pêche non réglementée, non déclarée et illégale. Pour ce faire, le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest en collaboration avec le ministère de la Pêche et de l’Économie maritime, à travers la Direction de la Protection et de la Surveillance des Pêches, ainsi que les partenaires comme Trygg Mat Tracking et Environmental Justice Foundation, s’engage à mettre en œuvre le projet portant sur la gouvernance des pêches dans le pays.
Visitez le site web officiel du journal africain afin de découvrir toutes les actualités.

Le projet vise à lutter contre la pêche non réglementée

Selon le communiqué de presse qui a révélé le projet de lutte contre la pêche illégale, ce programme est financé à hauteur de 1 163 944 dollars, soit l’équivalent de 645 millions de CFA selon le convertisseur dollar en cfa, par la Fondation Oceans 5 pour une durée de plus de trois ans. Ce programme a pour objectif de lutter durablement et efficacement contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée au Sénégal, tout en veillant à améliorer la transparence au niveau du secteur de la pêche ainsi que l’application des différentes lois en liaison avec ce domaine. En outre, le projet tentera de renforcer les différentes capacités des parties prenantes qui sont présentes au Sénégal.

Le 27 mai dernier, a eu lieu la cérémonie de lancement du projet à l’hôtel Terrou-bi qui se trouve dans la capitale sénégalaise, en présence de Alioune Ndoye, le ministre des Pêches, ainsi que Dr Ahmed Senhoury, le directeur Exécutif du PRCM, les ONG nationales, les centres de recherches et les différents représentants des organisations partenaires internationales et nationales

Ce programme vient soutenir les différents efforts déjà entrepris par le pays en mettant en place plusieurs mesures afin d’assurer la régulation de l’exploitation des ressources halieutiques tout en faisant face à la pêche illégale dans la transparence. Ce projet met aussi l’accent particulièrement sur la contribution des différents acteurs à la gestion des pêches.

Par ailleurs, les différentes études ont démontré que la grande partie des stocks pélagiques et démersaux sont en surexploitation surtout que la demande mondiale est assez croissante ces dernières années.