L’entreprise BioNTech s’installe au Rwanda et au Sénégal

Selon le journal de l’Afrique, après avoir développé en collaboration avec le laboratoire américain Pfizer le vaccin contre le Coronavirus, le laboratoire allemand souhaite appliquer la même technologie en utilisant l’ARN messager dans le vaccin contre le paludisme.

L’installation de BioNtech en Afrique

Vendredi dernier, le laboratoire allemand, BioNTech a affirmé son intention d’installer durant l’année prochaine plusieurs nouveaux sites de production de vaccins dans le continent africain, en se fondant sur la technologie d’ARN messager. En effet, le directeur de l’entreprise pharmaceutique a affirmé que l’entreprise a évalué l’éventuelle installation de ses laboratoires au Rwanda et au Sénégal afin de pouvoir soutenir l’approvisionnement en vaccin des différents pays membres de l’Union africaine.

La technologie de l’ARN messager

Cette décision a été prise suite à la recommandation en ce sens du centre de prévention et contrôle des maladies du continent, qui dépend de l’Union africaine. Ugur Sahin, le cofondateur et directeur de BioNTech, a affirmé qu’il est confiant après la réunion qui a eu lieu à Berlin abordant le sujet de l’installation de l’entreprise dans le continent africain. Selon le directeur de BioNTech, le début de l’installation devrait débuter l’année prochaine.

L’entreprise pharmaceutique, BioNTech a affirmé son engagement de produire en Afrique les vaccins à ARN Messager contre la tuberculose et le paludisme qui ont repris actuellement leur développement dans le continent.
Basé à l’ouest de l’Allemagne dans la ville de Mayence, BioNTech a déclaré qu’elle comptait mettre en place une technologie prometteuse de l’ARN messager afin de lutter activement contre le paludisme, et ce, en effectuant plusieurs essais cliniques dès l’année prochaine.

Le paludisme qui est une maladie causée par un parasite transmis par les moustiques, le paludisme reste l’une des maladies les plus redoutables dans le continent africain notamment au niveau des deux Congo, au Sénégal et au Rwanda, surtout pour les jeunes enfants. En effet, cette maladie a pu provoquer plus de 400 000 morts par an. Le chef de l’Etat, Macky Sall, a affirmé que cette initiative constitue un jour historique dans le combat et la lutte que mène le pays contre cette maladie tout en favorisant l’accès au vaccin. Alors que le président rwandais Paul Kagame a tenu à saluer à l’issue de la réunion de Berlin la décision de BioNTech de s’installer dans le continent.