Les pays du bassin du Congo s’organisent pour accueillir la COP 26

D’après le journal de l’Afrique, l’avenir de la zone forestière du bassin congolais constituera le débat lors de la rencontre dans la capitale française le 6 octobre prochain. Cette initiative qui est organisée avant le rendez-vous attendu de la COP 26 portant sur le climat, a pour objectif d’actualiser les différents besoins des pays africain pour assurer la préservation des forêts du bassin congolais constituant le deuxième poumon vert de la planète après l’Amazonie.

Le Bassin du Congo

Il est essentiel de rappeler que l’expression poumon vert de la planète fait référence aux grandes forêts du globe terrestre, qui permettent la production de dioxygène de l’air et favorise la fixation du CO2 atmosphérique par l’intermédiaire de la photosynthèse. Pour cette raison qu’il est important de veiller sur la conservation et la préservation des zones forestières tropicales afin de permettre la maîtrise du dérèglement climatique tout en veillant à limiter le réchauffement climatique à un niveau inférieur à 2 °C et en continuant les efforts afin de limiter d’ici 2100 à 1.5 °C comme précise l’accord sur le climat de Paris.
Il est important de mentionner que la région centre africaine joue un rôle déterminant dans l’atteinte de ces objectifs climatiques mondiaux. En effet, l’Afrique centrale abrite la deuxième grande région forestière tropicale du monde, avec un taux de déforestation de 0.3 % par an ce qui est le plus bas, d’après la commission des forêts du bassin du Congo.

La journée du 6 octobre 2021

Un mois avant le lancement de la COP 26 sur le climat, la capitale française accueillera une journée de rencontre portant sur l’avenir des forêts du bassin du Congo. Cette journée virtuelle, qui aura lieu le 6 octobre, portera également sur le financement de la conservation de la zone forestière du bassin du Congo.
Selon l’organisateur, entre les priorités des pays les plus pauvres de la planète et la nécessité de répondre aux défis globaux, les agendas ne seront pas convergents. Il affirme qu’il y a toutefois une urgence à trouver un chemin afin de concilier environnement et développement économique.

Parmi les enjeux de la journée de rencontre virtuelle, on peut citer le débat sur l’avenir des forêts du bassin du Congo. En effet, ce débat a été organisé suite à la demande formulée par les présidents des deux Congo en avril dernier. Durant le sommet du climat, plus de cinq présidents de pays africain prendront part afin de souligner la nécessité d’un financement urgent en faveur du bassin du Congo.