Rivalité entre la Ligue Awami et Hefazat-e-Islam : le fossé entre les séculiers et les islamistes se creuse

Ces derniers mois, le Bangladesh est témoin d’une montée de violence et d’actes de vandalisme de la part des groupes islamistes dans le pays. Comme c’était le cas durant les mois d’octobre et de novembre derniers, où le groupe islamiste extrémiste Hefazat-e-Islam Bangladesh (HIB) a mené plusieurs manifestations massives pour protester contre les propos du président français Emmanuel Macron qui a affirmé qu’au nom de la liberté d’expression, les dessins animés du prophète Mohammed sont totalement autorisés. Ce groupe qui est supposé défendre la charia et les règles de l’islam au Bangladesh a commis durant ces derniers mois plusieurs actes de vandalisme dans le pays.

Des actes de vandalisme

Des semaines plus tard, des militants du groupe HIB étaient à nouveau dans la rue pour demander le retrait de statues de politiciens, qui, selon le leader de HIB, Junaid Babunagari, étaient “contre la loi islamique, la charia”. Le 5 décembre, une statue en construction du père fondateur et premier président du Bangladesh, Sheikh Mujibur Rahman, a été vandalisée par des étudiants de la madrassa à Kushtia. Une statue du combattant anticolonial Bagha Jatin a été aussi endommagée peu de temps après.
L’activisme intensifié de HIB est en partie le résultat d’une faction islamiste plus dure qui arrache le contrôle du groupe à la suite de la mort d’Ahmed Shafi, le chef fondateur de HIB, à l’âge de 104 ans, en septembre 2020. De plus, Babunagari, connu pour être fermement opposé au parti au pouvoir du Bangladesh, la Ligue Awami (AL), a repris les rênes de HIB et il a affirmé son leadership. Il est important de signaler que la Ligue Awami est un parti laïque qui a été fondé par Sheikh Mujibur Rahman en 1949 et à l’avant-garde du mouvement de libération du Bangladesh. Ce parti est au pouvoir au Bangladesh depuis 2009 et a réussi à modérer quelque peu le groupe islamiste HIB, durant ces dernières années.
Avec Babunagari à la tête du HIB, on peut désormais s’attendre à une montée de la violence au Bangladesh. Le pays célèbre le 50e anniversaire de l’indépendance du Pakistan en 2021 et le gouvernement AL célébrera l’événement comme un triomphe des forces laïques sur les forces religieuses. Toutefois, ceci, aggrave la réaction des extrémistes islamistes de HIB.

Soulèvement du groupe islamiste Hefazat-e-Islam Bangladesh

Le groupe islamiste HIB a été créé essentiellement à Chittagong afin de défendre l’islam des politiques anti-islamiques du parti au pouvoir AL, en particulier leur projet de politique qui vise à conférer des droits à l’héritage aux femmes. Le soulèvement du groupe islamiste a pris de l’importance en 2013 lorsqu’il s’est mobilisé contre la montée de l’activisme laïque dans le pays. Des milliers d’activistes laïques s’étaient rassemblés sur la place Shahbagh de Dacca après la prière du vendredi selon l’horaire de prière au Bangladesh pour exiger l’exécution des dirigeants de Jamaat-e-Islami condamnés pour crimes de guerre pendant la guerre de libération de 1971, et des blogueurs athées et laïques qui ont critiqué les islamistes pour leur intolérance.