Sénégal : le ras-le-bol des personnes habitant dans les quartiers dakaroises face aux inondations à répétition

Bien que la construction des stations de pompage et de canaux de drainages dans les différents quartiers de la capitale sénégalaise, différentes zones s’est retrouvé les pieds dans l’eau après les dernières pluies diluviennes qui ont eu lieu la semaine dernière.

Les quartiers de Dakar inondés

D’après le journal de l’Afrique, après seulement quelques jours de la pluie de mi-août, les habitants des quartiers dakarois se sont retrouvés les pieds dans l’eau. Selon Fatoumata Camara qui habite dans la cité de Serigne-Mansour à Rufisque, les rues s’inondent chaque saison des pluies.
Fatoumata a décidé de mettre les différents meubles de la maison sur les briques pour que l’eau qui a gagné les pièces jusqu’à la cheville ne les abîme. La mère de famille affirme qu’elle n’a plus de sanitaires, tout est gâté, surtout que la chambre parentale est inondée. Cette situation est trop fatigante.
Par ailleurs, en plus du Rufisque, les communes de Keur Massar, Mbao et Parcelles assainies, sont aussi touchées.

Ce scénario se répète chaque année durant la période de l’hivernage, ainsi que la saison des pluies, au plus grand agacement de dizaines de milliers d’habitants. Il est important de mentionner que la saison des pluies s’étend de juillet à septembre dans le pays.
Bien que les initiatives du gouvernement, les sinistrés essayent de se débrouiller comme ils le peuvent.

Besoin de soutien financier

L’un des habitants du quartier de Keur Massar a affirmé qu’il cherche une aide financière afin de pouvoir louer une motopompe afin de pouvoir aspirer l’eau stagnante dans les différentes pièces de sa demeure. Il affirme que pour pouvoir retrouver sa maison d’avant il doit dépenser plus de 100 000 francs CFA, soit 152 euros selon le convertisseur CFA.
Afin d’éviter le maximum de dégâts, les sapeurs pompiers essayent de se mobiliser en urgence durant les jours de pluie.
Néanmoins, une telle initiative reste insuffisante selon la direction de la prévention et de la gestion des inondations qui a prévu d’installer des tuyaux très souples afin d’assurer l’évacuation des eaux de pluie.