Sénégal : les militantes féministes protestent contre la culture du viol

D’après les dernières actualités africaines partagées par le journal de l’Afrique, plusieurs féministes ont pu protester, samedi dernier dans la capitale sénégalaise, contre le laxisme dont fait preuve la justice face aux violences que subissent les femmes tous les jours dans le pays. Selon l’une militante, la vidéo qui a été diffusée sur les réseaux sociaux montrant le viol d’une jeune fille de 15 ans, il y a deux semaines, constitue la goutte de trop qui a fait débordé le vase

Les féministes contestent l’indifférence de la justice

Selon l’activiste féministe Aissatou Sène, toutes les femmes sénégalaises sont là pour toutes les jeunes filles qui ont subi le même destin que Louise. Elles sont là pour les Louise qui ont été violées, filmées et partagées dans les messageries privées. Les auteurs ne se sont pas inquiétés sur leur sort avant qu’un groupe de féministes s’est manifesté en dénonçant ces actes barbares. Il est important de mentionner que l’élément déclencheur n’est autre que ces actes de violences que les sénégalaises sont en train de subir tous les jours dans les rues du pays. Si la loi et la justice étaient appliquées et que les violeurs recevaient le jugement qu’ils méritaient, la situation ne serait pas là aujourd’hui. En effet, selon les militantes, la justice sénégalaise semble très souvent pas assez prête à défendre ces victimes et trop tendre avec les auteurs de viol.
La porte-parole des militantes féministes assure que dans la majorité des cas, les auteurs de viol n’arrivent même pas devant la justice et s’ils arrivent, on cherche toujours à connaître qu’a fait la victime pour mériter ces actes de violence, où est-ce qu’elle était, qu’est-ce qu’elle portait, pourquoi elle n’était pas accompagnée par un membre de sa famille ? Même si la victime est une fille âgée de 3 ou 2 ans, les membres de la justice cherchent toujours à justifier les actes des violeurs.
Si la loi et la justice étaient appliquées et que les coupables recevaient les jugements qu’il faut, la situation ne serait pas là aujourd’hui.
Ces militantes attendent que le gouvernement sénégalais qu’il fasse bouger les différentes lignes, puisqu’elles considèrent comme une inertie des pouvoirs publics.

Ce que demandent les militantes

Aissatou Sène, assure que ces femmes attendent que les autorités mettent en place des structures, des maisons d’accueil afin d’assurer l’accompagnement de ses femmes victimes violence et de viol. Selon les militantes, il est important que les femmes sénégalaises qui forment plus de la moitié de la population, se sentent en sécurité dans les rues, ainsi que dans leur maison. Dans le cas échéant, personne ne pourra continuer à vivre dans un tel pays.
Pour avoir plus de détails concernant les actions des militantes féministes, vous pouvez consulter le site web du journal africain.