Sénégal : l’inauguration de la section de route dans le cadre du projet de désenclavement de l’île à Morphil

Mis en place depuis le mois de mars 2017, le projet national lancé sous l’œil veillant du président Macky Sall visant à désenclaver l’île à Morphil situé au nord du pays, permettra de lutter contre les différents problèmes de transport auxquels étaient confrontées les citoyens habitant au sein de l’île. En effet, ces derniers étaient totalement coupés du reste du pays. Selon le journal de l’Afrique, grâce aux multiples efforts réalisés par le gouvernement sénégalais, une grande partie du projet vient d’être achevée.

Cérémonie d’inauguration d’une partie de la route

Présidée par le chef d’Etat sénégalais, Macky Sall, la cérémonie d’inauguration d’une grande partie de la route carrefour RN2 a eu lieu le 13 juin dernier. D’après les médias locaux, cette route qui passe par Pété, Saldé, Cas Cas et Médina Ndiathbé dessert la partie septentrionale du pays dont l’île à Morphil qui se trouve au sein du département de Podor à 490 Km de la capitale sénégalaise.

Cette route, qui a une longueur de 68 Km, fait partie du projet gouvernemental visant à améliorer le niveau d’accès au réseau routier au Sénégal tout en assurant l’accessibilité des zones enclavées notamment l’île à Morphil.
La mise en place de cette partie de la voie qui permettrait d’après le chef de l’Etat sénégalais de boucler une grande partie du projet de désenclavement du département de Podor, forme l’une des plus importantes phases du programme de densification des routes allant vers l’île à Morphil.
Ce projet national intègre la remise à niveau et la construction de plusieurs axes routiers notamment les routes qui devront être raccordées à la route nationale N 2. Ces travaux impliquent aussi la réhabilitation de plus de 330 Km des différentes voies bitumées et le revêtement et l’aménagement en bitume de 280 autres Km au sein des régions à fortes potentialités agricoles. En effet, au sein de ces régions, les citoyens assurent qu’ils ont d’énormes difficultés dans leurs échanges et déplacements avec les autres régions du pays.

Le coût de ce projet

D’après les experts dans le secteur, ces travaux de construction, ont un coût global de plus de 440 millions de dollars, l’équivalent de 237 milliards de CFA selon le convertisseur dollar en CFA. Ces coûts sont financés à 33 % par la BAD ou Banque africaine de développement ainsi que par le gouvernement du Sénégal (43 %), le Fonds d’Abu Dhabi (3 %), le Fonds de l’OPEP (3 %) et la Banque islamique de développement (18 %).