Un navire coulé au large de la côte sénégalaise, sert de refuge aux poissons

D’après le journal de l’Afrique, un navire a coulé le 13 août dernier au fond de l’océan au large des côtes sénégalaises. Selon les experts en halieutique, ce navire devrait constituer un futur récif artificiel formant une source d’habitat et de restauration aux poissons. Cette opération, dirigée par le ministère de la coalition des acteurs du secteur et de la Pêche, constitue une initiative permettant le développement des ressources halieutiques au Sénégal.

Récif artificiel pour les poissons

le journal de l'Afrique

L’ancien bateau de pêche tiré par un remorqueur arrive au large de la capitale sénégalaise. Juste après l’ouverture des vannes, l’ancien bateau de pêche rouillé est englouti, après une demie heure, dans l’océan afin de retrouver une nouvelle vie sous-marine en constituant un récif artificiel pour les poissons.
Selon les experts, Hadj Niang, qui est le vice-président de la pêche et de la Coalition des acteurs au Sénégal, avant d’être submergé par les eaux, le bateau a été dépollué durant plus de quatre mois. En effet, le responsable assure, qu’avant l’immersion, le bateau a subi des traitements afin d’ôter les différents matériaux non dégradables, les liquides polluants comme l’azote, les huiles, le gasoil, ainsi que les fils en nylon et le plastique.
L’ancien bateau de pêche a été donné aux autorités sénégalaises par la coalition des acteurs et de la pêche au Sénégal afin de contribuer à la régénération des ressources halieutiques au niveau de la côte sénégalaise. Selon Aliou Thiam, le président du Caps, les différents produits halieutiques deviennent désormais de plus en plus rares, or l’activité de la pêche constitue l’un des principaux piliers de l’économie sénégalaise. Par conséquent, cette initiative permettrait de stimuler les ressources halieutiques du pays.

Les eaux se vident

L’immersion du bateau de pêche a eu lieu en présence du ministre des Pêches du Sénégal, Alioune Ndoye. Le ministre assure qu’il est important d’évoquer la lutte contre les différentes pratiques qui induisent différents problèmes au niveau des ressources et de rente, au Sénégal ainsi que dans les pays de la sous-région. Le ministre a aussi affirmé qu’il est nécessaire de réorganiser le secteur en réhabilitant tous ces différents récifs qui permettent de stimuler le développement des ressources sous-marines.
D’après les derniers chiffres révélés par Greenpeace, plus de 500 000 tonnes de poissons sont pêchées afin d’être transformés en nourriture à l’aquaculture en Afrique de l’Ouest.